Bonner Online-Bibliographie zur Comicforschung

WIKINDX Resources

Lepot, Cyril: "Espace de jeux et jeu d’espaces dans l’œuvre de Taiyō Matsumoto." In: Boris Eizykman (Hrsg.): Plates-bandes à part. Esthétique de la bande dessinée. Bruxelles: La Lettre volée, 2012, S. 231–250. 
Added by: joachim (20 Aug 2013 12:10:13 UTC)   Last edited by: joachim (20 Aug 2013 22:47:58 UTC)
Resource type: Book Article
Languages: französisch
BibTeX citation key: Lepot2012a
Email resource to friend
View all bibliographic details
Categories: General
Keywords: Japan, Manga, Matsumoto. Taiyō, Raum, Spiel, Stadt
Creators: Eizykman, Lepot
Publisher: La Lettre volée (Bruxelles)
Collection: Plates-bandes à part. Esthétique de la bande dessinée
Views: 2/134
Views index: 2%
Popularity index: 0.5%
Attachments  
Abstract
Il y a dans le chiasme une résonance, un miroitement des termes, qui invitent à la réflexion. Le simple jeu amusant avec le singulier et le pluriel, le sens de lecture et les mots, a motivé un renversement qui, presque accidentellement, amène les termes à se réfléchir et à travailler sur eux-mêmes jusqu'à former une combinaison complexe. De la phrase linéaire se dépliant sans fin dans une seule direction on passe donc à un système, fini et bref, où le sens s’est retourné sur lui-même pour s’interroger, offrir plusieurs « états des choses » et délivrer plus de sens. La forme chiasmatique engage donc une dynamique de pensée par boucles où les mots faisant incessamment retour sur eux-mêmes incitent à repenser des concepts pour autant qu’un terme peut contenir l’autre et inversement. C’est donc à juste titre qu’un chiasme inaugure cet écrit dès lors qu’il n’agit pas comme simple référentiel ou thématique. En effet, il est non seulement le lieu qui engage la pensée, mais aussi le lieu fécond où la pensée qui écrit, comme celle qui lit, pourra se ressourcer.
Nous avons bien là des termes qui se travaillent : l’espace travaille le jeu, le jeu travaille l’espace, et cela nous travaille comme on dit, d’autant plus que ce chiasme ne relève pas de la régression puisque le singulier et le pluriel creusent une dissymétrie dérangeante. Le singulier ici accueille le pluriel ; de l’espace naissent des jeux, et du jeu naissent de nouveaux espaces, qui engendreront eux-mêmes du jeu, etc. L’espace de réflexion du chiasme, en apparence clos et arrêté, s’ouvre et se met en mouvement par l’émulation des termes en un cercle vertueux. La recherche d’espaces pour le jeu et la mise en jeu d’espaces sont ainsi inextricablement liées.
  
wikindx 5.2.beta 1 ©2017 | Total resources: 10888 | Username: -- | Bibliography: WIKINDX Master Bibliography | Style: Comicforschung-Bibliographie Stil (CFB) | Database queries: 57 | DB execution: 0.32983 secs | Script execution: 0.35216 secs